Skip to content

BEST SELLER: « Métronome »: cet ouvrage est et doit devenir une référence

 » Pour présenter mon livre Métronome, j’ai arpenté la France du nord au sud, à la rencontre de mes lecteurs. Certains m’ont demandé des précisions pour retrouver telle tour oubliée, tel morceau caché de la muraille de Philippe Auguste ou cette première cathédrale parisienne cachée sous un parking. Je me devais de leur donner à voir les traces de cette aventure de Paris, les restes des vingt et un siècles qui ont fait notre pays. Avec ce Métronome illustré, mon objectif est de vous permettre de découvrir facilement ce qui subsiste d’un passé que nous croyons, parfois à tort, enfoui à jamais. Car lorsque les hommes ont oublié, les pierres, elles, se souviennent…  » (Lorànt Deutsch)

DÉCRYPTAGE – Les élus du groupe PCF-Front de gauche du Conseil de Paris voudraient voir cesser la promotion du best-seller de Lorànt Deutsch, Métronome, par la Mairie.

Navrant. Le Front de gauche qui, pendant la présidentielle, avait fait rêver une partie de l’électorat anticapitaliste avec les discours lyriques de Jean-Luc Mélenchon et qui s’était ensuite rabattu sur l’élection législative où il espérait faire rendre gorge à Mme Le Pen, serait-il tombé si bas qu’il en soit désormais obligé de s’attaquer à l’ouvrage d’un saltimbanque pour exister? Avouons que le combat du groupe PCF-Front de gauche du Conseil de Paris contreMétronome , le petit livre à succès du comédien Lorànt Deutsch qui se propose de relire l’histoire de Paris à travers ses stations de métro, a quelque chose de pathétique. Un petit goût de déjà-vu sur le mode grotesque.

Quand l’appareil du Parti communiste lançait, dans les années 1950, ses foudres contre les écrivains dénonçant le goulag ; quand, dans les années 1960-1970, il s’attaquait à l’école «révisionniste» de la Révolution française, avec en ligne de mire François Furet, ou quand, dans les années 1990, il tentait de déconsidérer Le Livre noir du communisme, de Stéphane Courtois, cela pouvait se comprendre car l’enjeu était de taille. Il s’agissait de défendre le «catéchisme révolutionnaire», celui de 1793 et de 1917, le viatique des maîtres qui, depuis Mathiez, avaient enseigné jusqu’à l’épuisement les bienfaits de la Terreur et de la révolution jacobine. Mais s’attaquer

aujourd’hui à un petit essai comme Métronome, avec les inexactitudes liées à ce genre de publications, laisse penser que quelque chose ne tourne plus très rond dans la nébuleuse Mélenchon.

Est-ce un combat à la hauteur des enjeux actuels? Un «jeune doctorant» de 36 ans (sic) a pisté quelques erreurs de taille: Robespierre n’aurait pas pu tirer les poils de la barbe d’Henri IV! Alexis Corbière, porte-parole du Parti de gauche, ajoute que l’auteur serait «orienté idéologiquement». Peut-être ne faut-il plus désormais publier que des livres «non orientés» idéologiquement? Il risque d’y avoir de la casse dans certaines publications académiques. Les attaques s’en prennent enfin à la «forte promotion médiatique» de l’ouvrage, notamment par la Mairie de Paris. Or, ce n’est pas parce que Métronomea été acheté par près de deux millions de lecteurs et salué par ceux qui vénèrent tout ce que le public consacre, que cet ouvrage est devenu une référence historique ou politique.

Les dirigeants du Front de gauche savent parfaitement qu’ils ont sorti la faucille et le marteau pour écraser une mouche. On peut donc s’interroger sur leurs véritables motivations. Craignent-ils sérieusement que Métronome, «cet ouvrage qui dénigre la Révolution et la Commune», puisse lézarder la statue de «l’Incorruptible» qu’ils s’attachent patiemment à restaurer depuis quelques années (à travers le rachat de ses manuscrits ou la demande de création d’une rue Robespierre qui n’existe pas à Paris)? Ce serait reconnaître que leur cause est bien fragile pour être ébranlée par si peu.

À moins que, derrière cette polémique de supermarché, se cache un règlement de compte politique à l’égard de l’équipe Delanoë qui a, comme il le lui est reproché, décoré de la médaille de vermeil de la Ville le livre du comédien. Autant dire une consécration digne du Nobel!

http://www.france5.fr/metronome/

  • « Un pavé d’une science impressionnante » selon BibliObs ;
  • « Un récit enlevé de l’histoire de France vue de Paris, entre vulgarisation et effluves d’une réelle érudition » selon Libération ;
  • « Cette série donne envie de chausser ses meilleures baskets pour parcourir la ville » selon Le Monde.
  • « Une prouesse technique et ultra pédagogique » selon Télérama.

une polémique absurde

http://www.atlantico.fr/decryptage/paris-metronome-quels-que-soient-defauts-livre-lorant-deutsch-communistes-sont-mal-places-pour-donner-lecons-histoire-414998.html

plan du livre

  1. L’époque romaine : La Cité, le berceau de César – Place d’Italie, tous les chemins mènent à Rome – Notre-Dame-des-Champs, le martyre de Saint-Denis – Saint-Martin
  2. Mérovingiens et Carolingiens : Saint-Michel-Notre-Dame – Saint-Germain-des-Prés – La basilique Saint-Denis – L’heure des comtes
  3. Le triomphe des Capétiens : L’envol des Capétiens – L’an mille – Philippe Auguste
  4. Roman et gothique : L’essor de l’Université – Naissance du Tiers-État – Le château de Vincennes
  5. De l’apogée de la royauté à la République : La Renaissance – Le Grand Siècle et les Invalides – De la Bastille à la IIIe République
  6. L’époque contemporaine : Les allées du pouvoir – La défense, le retour à la source

Le succès du Métronome de Lorant Deutsch énerve les historiens

« le travail de lorant deutch comporte peut-etre qques défauts, mais il a le mérite de faire s’intéresser à (ou de réconcilier avec) l’histoire petits et grands.
sa lecture peut donner envie d’aller plus loin par la suite et d’approfondir certains épisodes historiques avec des livres plus érudits. »

un internaute

« lorsque je dis qu’il a réconcilié avec l’histoire, je veux signfier qu’il donne envie de s’y (ré) intéresser, par ses talents de conteur et son charisme, sa passion communicative et accessible. son idée de partir du métro qui fait partie de notre quotidien, au moins pour les parisiens, était très bonne également et originale.

ensuite, c’est important que des gens comme vous qui vous y connaissez, puissent ensuite réagir et faire débat autour de ce qu’il dit pour corriger ou compléter.
mais cela n’enlève pas ses qualités en tant que telles. »

un internaute

orti il y a un an, Métronome, le guide historique écrit par le comédien, reste une star des ventes. Quel est son secret ?

Un an plus tard, il est toujours là, en tête des ventes : Métronome, l’histoire de France au rythme du métro parisien, de Lorànt Deutsch, arbore fièrement ses 400 000 exemplaires vendus. A la mi-octobre, les éditions Michel Lafon en publieront une version illustrée, avec des photos prises par l’auteur. Devant de tels chiffres, on n’est plus très loin du phénomène de société. Après la sortie de son livre-ovni – entre le manuel d’histoire, le guide touristique et le recueil d’anecdotes – l’auteur a été invité dans une quinzaine d’écoles et de collèges.

Des clubs de lecture exclusivement consacrés à son exégèse se sont ouverts dans les coins les plus reculés de France. Celui de Marie-Françoise, résidente sexagénaire d’un hameau pyrénéen de 190 habitants, a inscrit le bouquin « cinq fois d’affilée au programme », raconte celle-ci. Un autre club, espiègle, a imaginé une sorte d' »Anti-Métronome », en reprenant le principe du livre – 21 chapitres pour chaque siècle, représentés par des stations de métro – tout en changeant de stations afin de donner une autre version du roman national. « Si ce livre permet à l’Histoire de redevenir un sujet de conversation, c’est tout bon », lâche Lorànt Deutsch, pas rancunier. Bien que l’érudition allègre de l’auteur ait eu sa part dans ce succès inattendu, c’est surtout le bouche-à-oreille qui a déclenché la dynamique. Beaucoup de lecteurs, comme Sandrine, 38 ans, libraire dans une grande surface, ont offert le livre à huit ou neuf personnes de leur entourage.

Maintenant, je sais pourquoi la Basilique de Saint Denis porte ce nom, quel trésor de l’histoire est visible sous le parking du 14 bis, rue Pierre-Nicole et ce qui s’est passé sur le Champ de Mars en 52 de notre ère. Et encore, je n’en suis qu’à la page 61. Metronome, le livre de Lorànt Deutsch, est à conseiller à tous les curieux et particulierement aux jeunes qui, et ils ont parfois raison, vomissent les cours et les bouquins d’Histoire. J »ai bien fait de prendre le train ce matin.

 

Métronome de Lorànt Deutsch, un phénomène de société?

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*