Skip to content

6. 100 ans de solitude de Gabriel García Márquez (1967)

Deuxième roman de l’auteur colombien Gabriel García Márquez, Cent ans de solitude est certainement le livre sud-américain le plus connu. Traduit dans 27 langues, ce roman suit le destin d’une famille Buendia sur six générations, condamnée par la prophètie du gitan Melquíades à vivre cent ans de solitude. L’auteur développe ici la description du village de Macondo, variation imaginaire de la ville natale de l’auteur, Aracataca. Il y situera plusieurs de ses autres romans. Le livre est considéré comme la référence du « réalisme magique », un genre mélant événements réels et surnaturels, qui est souvent associé aux auteurs hispaniques.
 

Gabriel García Márquez
Extrait du livre
« L’air y avait une densité toute nouvelle, comme si on finissait juste de l’inventer, et les belles mulâtresses qui attendaient sans espoir entre les pétales sanglants et les disques passés de modes, connaissaient des offices de l’amour que l’homme avait oublié d’emporter du paradis terrestre. La première nuit où le groupe s’en vint rendre visite à cette serre à illusions, la splendide et taciturne doyenne, qui surveillait les entrées dans un fauteuil à bascule en rotin, sentit le temps revenir à ses sources premières quand elle découvrit parmi les cinq nouveaux arrivants un homme aux os saillants, au teint bistre, aux pommettes tartares, marqué depuis le commencement du monde et à

  jamais par la vérole de la solitude.

– Aïe ! soupira-t-elle. Aureliano !

Elle était en train de revoir le colonel Auréliano Buendia comme elle l’avait vu à la lumière d’une lampe bien avant toutes les guerres, bien avant la désolation de la gloire et l’exil de la désillusion, par cette aube lointaine où il s’en vint jusqu’à sa chambre donner un ordre pour la première fois de sa vie : l’ordre qu’on lui fît l’amour. C’était Pilar Ternera. Il y avait des années de cela, quand elle avait atteint ses cent quarante-cinq ans, elle avait renoncé à la pernicieuse habitude de tenir les comptes de son âge.. »

 

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*