Skip to content

9. À la recherche du temps perdu de Marcel Proust

Souvent considéré comme le premier texte du roman moderne, La recherche… est de loin l’œuvre la plus emblématique de Marcel Proust. Publié en sept tomes (dont trois posthumes) entre 1913 et 1927, le livre est une longue évocation de la vie de son auteur, du temps qui passe et de la difficulté d’être écrivain. Cherchant à déstructurer la description narrative des événements, Proust opte pour une écriture proche de la poésie et de la composition musicale. Les très longues phrases, souvent complexes, utilisées sont en partie responsables des nombreuses moqueries dont fut victime le texte, et qui persistent encore près de cent ans après sa parution.  

Marcel Proust
Extrait du livre
« Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors.. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles-Quint. Cette croyance survivait pendant quelques secondes à mon réveil ;     elle ne choquait pas ma raison, mais pesait comme des écailles sur mes yeux et les empêchait de se rendre compte que le bougeoir n’était plus allumé. Puis elle commençait à me devenir inintelligible, comme après la métempsycose les pensées d’une existence antérieure ; le sujet du livre se détachait de moi, j’étais libre de m’y appliquer ou non ; aussitôt je recouvrais la vue et j’étais bien étonné de trouver autour de moi une obscurité, douce et reposante pour mes yeux, mais peut-être plus encore pour mon esprit, à qui elle apparaissait comme une chose sans cause, incompréhensible, comme une chose vraiment obscure. »

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*