Skip to content

Alina Szapocznikow

image

« Oeuvres lumineuses / Luminous Works »

22 octobre 2013 – 07 décembre 2013
Vernissage le SAMEDI 19 octobre 2013, à partir de 18h

« Iluminowana » [L’illuminée], 1966-1967
Plâtre, résine de polyester teintée, métal, câble d’alimentation
155 x 57 x 40 cm
© ADAGP, Paris. Photo Fabrice Gousset

http://www.loevenbruck.com/index.php

La notoriété posthume et non usurpée d’Alina Szapocznikow (1926-1973) nous rappelle l’étonnante persistance avec laquelle l’histoire de l’art continue de s’écrire sans cesse.

Rescapée des camps de concentration nazis, cette artiste, dont l’œuvre résonne d’une ultra contemporanéité en dépit de son historicité, débute sa carrière en Pologne, après un court passage à l’École des Beaux-arts de Paris, dans un style conforme au contexte politique du moment : un style puissant à vocation monumentale et héroïque, dont elle s’affranchira peu à peu pour s’en libérer totalement lors de son installation définitive à Paris entre 1962 et son décès en 1973 à l’âge de 47 ans. L’art qu’elle va alors développer, à la fois empreint d’une sexualité manifeste non dénuée d’humour, mais aussi chargé d’un certain malaise, utilisant les techniques les plus novatrices (mousse polyuréthane et résine polyester), pourrait la rapprocher d’une esthétique héritière du surréalisme si le caractère étonnamment inventif et coloré des œuvres n’en faisait une sorte de pionnière pop européenne. A côté des sculptures-objets (dont les extraordinaires lampes-bouches et les moulages-coussins de ventres) à présent internationalement redécouverts, les dessins datés de la fin des années 50 et du courant des années 60 permettent de saisir la pleine dimension d’un univers non réductible à quelque médium.

Parce qu’ils contiennent toute la dimension matricielle du travail de sculpture, tout en l’excédant, ces dessins s’en évadent par le registre, et parviennent à dire, tout à la fois, la légèreté, la suspension, en même temps que l’attachement à de récurrents jeux de formes embryonnaires comme en lointain écho à la sculpture. Dessins au feutre, au stylo à bille, aux crayons de couleurs, à l’encre, parfois combinés à l’aquarelle, monotypes, ils font émerger des mondes où se nouent les obsessions de l’artiste d’un imaginaire proliférant affirmant leur implacable réalité intrinsèque.

Alina_large

Alina Szapocznikow, Sans titre, 1963
Monotype et encre sur papier vergé à filigrane Ingres — 23.6 × 31.2 cm
Courtesy Estate Alina Szapocznikow / Piotr Stanislawski / Galerie Loevenbruck, Paris © ADAGP, Paris

_dsc5660

_dsc56791

_dsc5703

Krużlowa, ca 1971, coloured polyester resin, photographs, gaze, h 42 cm

Herbarium XIV. Head of Piotr, 1972, polyester resin, wood with polychrome, 49 x 40 cm

Headless Torso, 1968, polyester resin, polyurethane foam, h 46 cm

Multiple Portrait (quadruple), 1967, black granite, bronze, coloured polyester resin, h 110 cm

Blue Herbarium I [Herbier bleu I], 1972, polyester, polychromed cardboard (relief), 65 × 47,5 × 2 cm

Untitled (Fetish VII), 1971, assamblage: polyester, stockings, wool, 35 × 50 × 40 cm, socle: polychromed wood, 1 × 50 × 40 cm

Pollution II, 1968, polyurethane foam, grass, metal, h 40 cm

Tear, 1971, cast of a breast, polyester, plastic net, plexi, 45 × 45 × 5 cm

Biological Sculpture IV, about 1964, bronze, 37 × 36 × 26 cm

Alina Szapocznikow at Hammer Museum

Alina Szapocznikow at Hammer Museum

Alina Szapocznikow at Hammer Museum

Alina Szapocznikow at Hammer Museum

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*