Skip to content

Carole Bouquet

La beauté est un cadeau mais ce n’est pas une promesse de bonheur ! Etre bien née n’est pas l’assurance d’une vie douce et paisible. Sages paroles que prononcent Carole Bouquet pour qui l’image de sex-symbol, trop souvent utilisée à son égard, est réductrice. 

Née le 18 août 1957 à Neuilly-sur-SeineCarole Bouquet est la fille d’un ingénieur et d’une mère au foyer. Mais la famille se disloque et avec sa soeur elles sont élevées par leur père selon des principes rigoureux et sévères. Et derrière cette apparence lisse et calme ce cache une jeune fille active et rebelle. Aussi pour calmer ses ardeurs, on l’envoie chez les dominicaines de Mortefontaine. Mais bien loin d’être studieuse, elle sèche les cours pour aller au cinéma. Un monde fascinant dont l’univers imaginaire la faire rêver et l’évade de son quotidien.

Après avoir suivi des études dans un lycée religieux, et n’être restée que quelques jours à la Sorbonne où elle devait étudier la philosophie, elle se décide à embrasser la carrière de comédienne. Elle suit alors les cours du Conservatoire supérieur d’Art dramatique à Paris. Trois ans auraient dû parfaire sa formation, mais une année après son entrée, en 1977, elle obtient le rôle principal de Cet obscur objet du désir de Bunuel. Très attiré par sa plastique et ses vingt ans Bunuel « craque » pour la jeune actrice. Le film, devenu un classique, est nominé aux César et Carole Bouquet encensée par la critique.

Après avoir passé quelques mois à New York pour perfectionner son anglais, elle revient à Paris et fait du théâtre. Elle recontre alors Bertrand Blier qui lui propose le rôle d’une femme fatale dans Buffet froid, c’est à ce moment qu’elle rencontre Gérard Depardieu aux côtés de qui elle joue et qui sera un ami fidèle par la suite avant de devenir, on le sait tous, son compagnon d’aujourd’hui.

Mais c’est bien son rôle dans James Bond avec Roger Moore, en Melina Havelock dans Rien que pour vos yeux, en 1981, qui la révèle au grand public français et américain, annonçant les prémices d’une carrière internationale. Rappelons pour l’anecdote qu’elle a détesté tourner ce film.

Puis les années qui suivent, elle concentre ses activités cinématographiques sur l’hexagone, et elle retrouve notamment Bertrand Blier dans le fameux Trop belle pour toi, où une nouvelle fois aux côtés de Gérard Depardieu – avec qui elle tournera encore deux autres films, Rive Droite, Rive Gauche de Philippe Labro en 1984 et Un pont entre deux rives en 1999 -, elle a pour rivale conjugale Josiane Balasko. Elle obtient, pour son interprétation, le César de la meilleure actrice en 1989. C’est au tour de Michel Blanc ensuite de la diriger dans Grosse fatigue en 1989. Là elle interprète à merveille son propre rôle, celui d’une star de cinéma. Elle retourne cependant outre-atlantique afin d’être dirigée par Francis Ford Coppola dans Life Without Zoe. Elle donne aussi la réplique à Christopher Walken dans la comédie D’une femme à l’autre de Charlotte Brandstrom en 1994.

On a pu la voir dans des films au registre aussi différents que le drame avec Lucie Aubrac de Claude Berri où elle incarne l’héroine éponyme, la comédie Wasabi de Gérard Krawczyk, où loin des rôles de femme froide elle nous montre une facette plus fantasque de sa personnalité.

En 2003 elle est à l’affiche de Bienvenue chez les Rozes de Francis Palluau aux côtés de Lorant Deutsch et Jean Dujardin. On la retrouve en 2005 dans Travaux on sait quand ça commence de Brigitte Rouan. la même année, elle est à l’affiche de L’Enfer de Danis Tanovic, où elle se transforme de façon surprenante. En mars 2006 elle est à l’affiche du film de Nils Tavernier, Aurore. En 2007, elle joue dans Si c’était lui de Anne-marie Etienne. En 2008, on la retrouve dans le drame de Christian Faure, Les hauts murs et en 2009 dans Je vais te manquer de Amanda Sthers. Enfin en 2010, elle revient à l’affiche de la comédie Protéger et servir de Eric Lavaine aux côtés de Clovis Cornillac et Kad Merad.

Carole Bouquet est la marraine de l’association Enfance et Partage, a un fils, Dimitri, aime le bon vin et a récemment acheté plusieurs vignobles.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*