Skip to content

Et si un jour John Galliano travaillait pour la maison Chanel…….????????

Et si un jour il revenait apres avoir dit pardon apres avoir eu des soins en tout genre, après tout aprs beaucoup d’humilité, parce qu’il est super doué cet original être et il n’y a qu’une maison qui pourrait le faire revenir à la lumière et il serait encore meilleur qu’avant

oui c’est la maison Chanel…..

qu’es-ce que l’on sait sur lui?????????????????????????????????

Juan Carlos Antonio Galliano Guillén, CBE, RDI (né le 28 novembre 1960 à Gibraltar), plus connu sous le nom de John Galliano, est un créateur de haute couture, de nationalité britannique.

John Galiano est usuellement considéré comme un créateur très talentueux, excentrique et iconoclaste. Il apparaît toujours avec un « look » de dandy narcissique et provocateur. Il a électrisé le microcosme de la haute couture, ne laissant personne indifférent et ses défilés sont parmi les plus attendus.

Son véritable nom est Juan Carlos Antonio Galliano. Son père, John Joseph Galliano, est un anglais d’origine italienne qui était plombier de profession, et sa mère, Anita Guillen, est une espagnole, amatrice de vêtements et de flamenco. Il a deux sœurs plus âgées, Rosamaria et Immaculata.

John Galliano et sa famille s’installent à Battersea en 1966. C’est alors un faubourg pauvre de la banlieue sud de Londres, avec une population très cosmopolite, habité par des familles africaines, asiatiques et indiennes, ce qui fut pour lui « une source d’enrichissement culturel fantastique »[1]

Il entre en 1981 pour trois ans à la Central Saint Martins College of Art and Design de Londres une célèbre école de stylisme, où il obtient en 1984 son diplôme. Parallèlement, il travaille comme habilleur au National Theatre de Londres, cette expérience va lui donner l’envie de s’appuyer sur la théâtralité pour mettre en valeur son travail. En troisième année, il suit les cours de mode et 1983, son défilé de fin d’études s’inspire de la France révolutionnaire, lui permettant une outrance stylistique qui a marqué alors les esprits, lui permettant d’obtenir une mention très bien. Les huit tenues d’incroyables et de merveilleuses, toutes en organdi et en volants, sont présentées dans les vitrines du prestigieux magasins Browns dans lequel il va travailler comme assistant vendeur de ses propres créations. Sa première vente a été un manteau à Diana Ross.

Dès son diplôme obtenu, John Galliano lance sa propre griffe en 1984. Sa première collection, Afghanistan Repudiates Western Ideals, associe les techniques traditionnelle des tailleurs aux formes et aux tissus orientaux. Il crée ainsi plusieurs collections, à Londres, mais elles obtiennent seulement un succès d’estime, car les industriels, persuadés que ses créations ne peuvent pas être réalisées dans le cadre du prêt-à-porter, ne veulent pas le suivre. Cependant, en 1987, il obtient le prix du créateur britannique de l’année.

En 1990, il présente sa première collection à Paris. Amanda Harlech se souvient de la nuit qui a précédé son premier défilé parisien : « Nous étions frigorifiés, affamés et sans un sou en poche ». Dans son studio de la Bastille, il commence à avoir des clientes prestigieuses comme Madonna ou l’une des plus grandes vedettes de la chanson africaine Papa Wemba qui va jusqu’à le citer dans ses titres, qui sont des tubes de la musique africaine.

Grand technicien, John Galliano a une passion pour le travail du biais, très présent par exemple dans ses collections de l’été 1993 et de l’été 1994 : « Une technique pas commode. Pourtant, une robe en biais, c’est la volupté même ; c’est comme nager dans une mer d’huile ! ». C’est en admirant les robes de Madeleine Vionnet que ce technicien curieux et passionné en est venu au biais.

Il est alors en pleine ascension et veut donner une nouvelle dynamique à la maison Dior. Bernard Arnault, qui a pris la tête de LVMH[2] depuis 1987, le nomme, en 1995 chez Givenchy, directeur de la création du Prêt-à-porter et de la Haute-couture et, en 1996 chez Christian Dior, directeur de la création de la Haute-couture et du Prêt-à-porter féminin. La toute première robe qu’il réalise chez Dior est pour la princesse Diana, qui la porte à l’inauguration de l’exposition des 50 ans de la marque Dior au MoMa de New York.

Son talent fut de s’attaquer à n’importe quel élément et de le réinventer en le sortant de son contexte. En novembre 1999, il devient directeur artistique de l’ensemble des lignes féminines de Dior et prend en charge la responsabilité de l’image globale de la griffe, communication incluse. En 2001, il ajoutera à ses responsabilités celle de l’image des parfums Dior. C’est à cette époque qu’il commence à se transformer en véritable icône de la mode. Il ne veut pas être le fournisseur du tout show-business, mais avoir une relation privilégiée avec seulement quelques célébrités bien choisies capables en devenant des icônes de la mode de propulser l’image Dior au rang de la marque la plus « hype » du monde.

En l’an 2000, avec son défilé, dit « Clochards », il a voulu rendre un hommage luxueux et romantique « à l’ingéniosité que déploient les déshérités pour se vêtir ». Ce défilé a profondément marqué les annales de la mode : il a créé un style sans équivoque, que l’on va bientôt surnommer « porno-chic » et qui a révolté plus d’une fidèle de la marque. Ce défilé de mode a aussi donné lieu à une importante manifestation d’associations de soutien aux SDF devant le siège de Dior.

En 2003, il ouvre sa propre boutique « John Galliano », rue Saint Honoré à Paris, dans la maison où se trouvait autrefois le célèbre salon de Madame de Tencin, reconfigurée par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et lance sa collection Hommes tout en continuant ses activités chez Dior au siège de l’avenue Montaigne. En 2004, le chiffre d’affaires de Dior Couture se monte à 594 M€.

Sa collection du printemps-été 2006 a été portée lors du défilé par des nains et des géants, des gros et des minces, des jeunes et des vieux, des beaux et des laids. Une lettre manifeste revendiquant « le droit à la mode pour tous » parce que « tout le monde est beau » était posée sur chaque chaise.
—————————–
Distinctions et récompenses
—————————–
* Globes de Cristal 2007 : meilleur créateur de mode
* Commander of the British Empire
* Il a été promu Chevalier de la Légion d’honneur le 1er janvier 2009[3].
* Il reçoit en 1997 le prix international du Conseil des créateurs de mode américains.
—————–
Polémiques
—————–
Le 24 février 2011, John Galliano est interpellé dans la soirée, dans le 3e arrondissement de Paris, pour faits de violences et d’insultes à caractère racial et antisémite, à la suite d’une altercation à la terrasse du café La Perle. Il est laissé libre sur instruction du parquet. Suite à cet événement, il est suspendu de ses fonctions chez Dior en attendant la fin de l’enquête.

http://www.johngalliano.com/

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*