Skip to content

Hammershoi  » atmosphere is my style »

Vilhelm Hammershøi (1864-1916) Interiør Med læsende Ung Mand, 1898

C’est très austère, il y a de la simplicité de la tristesse et de la neutralité.

On le connaît un peu en France surtout depuis la première retrospective de son travail qui a été faite au Musée d’Orsay de novembre 1997 à mars 1998.
Ce fut la découverte saluée unanimement, d’un peintre et d’une œuvre forte et originale.
La plupart de ses tableaux ont été peints de son appartement. À tous les sens du terme on peut parler d’une oeuvre d' »intérieurs ». Tableaux très construits, austères, poètiques, utilisant peu de couleurs. On pense à C.C.Friedrich, à Vermeer, mais aussi à d’autres car ses tableaux contiennent beaucoup de modernité. . Quelques paysages épurés, beaucoup d’espaces vides, , de femme seule, la plupart du temps vue de dos (souvent représentant sa femme) (et qui lit un livre comme chez Hopper) et surtout ses célèbres pièces vides, intérieurs symboliques, peuplés des ombres qui s’y déplacent.
En étudiant la biographie de cet homme discret et solitaire, on découvre qu’il eut comme admirateurs Diaghilev, Rainer Maria Rilke (qui songea longtemps à écrire un livre sur sa peinture) et qu’il influença fortement le cinéma de Dreyer.
Grace à une gamme réduite de couleurs, tout est dans l' »intériorité ». Un silence assourdissant, un enfermement dans la peinture pour s’évader du monde.
Vilhelm Hammershøi, ce peintre danois trop méconnu, (1864-1916) resté très longtemps dans l’oubli.
Descendant de Vermeer ou précurseur de Hopper ? Hammershøi, peintre danois dont la notoriété s’affirme dans les années 1880, est sans doute l’un et l’autre. L’intimisme minimaliste de ses intérieurs aussi bien que l’atmosphère trouble qui se dégage de son apparent rigorisme en témoignent suffisamment.

Hammershøi a sans doute inventé le portrait de dos, comme il existait un portrait de face ou de profil. Cette femme assise – dont on ne saurait dire s’il s’agit d’une bonne ou d’une bourgeoise, ni même deviner ce qu’elle est en train de faire – attire par son indifférence affichée vis à vis de celui qui la contemple. Au personnage silencieux correspond une gamme très raffinée de gris et de bruns, qui montre la sensibilité profonde du peintre aux atmosphères intérieures.

La composition est toute en angles droits : les lignes de la chaise, de la plinthe, de la desserte quadrillent cet éloge de l’absence avec une rigueur toute protestante. Mais il ne faut pas en conclure trop rapidement que cette toile est une allégorie de la solitude ou du tragique humain. Car Le vrai sujet en est peut-être la nuque, partie du corps la plus indécente dans l’imaginaire oriental. Aussi bien ces rares mèches folles, l’ouverture de la blouse laissant apercevoir la blancheur du dos, en contrepoint de la coupe en forme de fleur posée sur le meuble, constituent-ils les antidotes radicaux à la tentation d’une lecture platement puritaine.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*