Skip to content

Il est comme brassens ou brel, au Panthéon des chansons françaises, sa voix, ses mots, ses phrases….Un ryhtme et le jeu des mots qui se renvoient leurs sens dans tous les sens, cette façon d’ouvrir la vie comme l’on ouvre une huitre, cette façon de mélanger les genres littéraires, un vrai poète…

http://www.allainleprest.com/

http://www.dailymotion.com/video/xb1qge_allain-leprest-et-ses-amis-en-conce_music?start=22#from=embediframe

Allain Leprest est né à Lestre dans le Cotentin le 3 juin  1954. Auteur-compositeur à la voix rocailleuse dans la tradition  poétique française, il avait fait ses débuts dans la chanson dans les  cabarets parisiens en 1982.

La révélation auprès du grand public vient en 1985 lors du passage de l’artiste au festival du Printemps de Bourges.

L’année  suivante, il signe chez Meys, la maison de disques de Jean Ferrat et de  Gérard Mey et sort un premier album intitulé « Mec ». Il écrit pour  d’autres chanteurs comme Isabelle Aubret dont il fait la première partie  à l’Olympia en 86, Juliette Gréco ou Romain Didier qui devient son ami.

Communiste  engagé, il se produit dans plusieurs Fêtes de l’Humanité, où il  rencontre sa compagne Sally, d’origine mauritanienne avec qui il a deux  enfants.

Il collabore ensuite avec Pierre Barouh, directeur du  label Saravah, rencontre l’accordéoniste de jazz Richard Galliano et  réalise « Voce a mano », album qui sort en 92 qui vaudra aux deux artistes  le Prix de l’Académie Charles-Cros.

Le 20 février 1995, il donne  un récital unique à l’Olympia à Paris pour la première fois de sa  carrière qui lui vaut la consécration.

Il fête ses 25 ans de  carrière en 2004 en donnant deux concerts en juin, à Paris (l’Européen)  et édite un nouvel album en 2005 « Donne moi de mes nouvelles ».

Mais  le chanteur doit se battre aussi contre un cancer du poumon. Très  affaibli, il réapparaît pourtant sur le devant de la scène à la fin de  l’année 2007 avec l’album « Chez Leprest », disque sur lequel il invite  quantité de chanteurs (Michel Fugain, Olivia Ruiz, Jacques Higelin,  Daniel Lavoie, Nilda Fernandez, Enzo Enzo, Loïc Lantoine) à revisiter  avec lui son répertoire.

En 2008, il sort son dixième opus « Quand  auront fondu les banquises » et en 2009 il publie le volume II de « Chez  Leprest » avec Clarika, Adamo, Kent ou encore la Rue Kétanou. Allain  Leprest reçoit le Grand Prix de la Poésie de la Sacem le 14 décembre.

Le chanteur français Allain Leprest, 57 ans, s’est donné la mort  lundi à Antraigues (Ardèche) où il était en vacances et avait été  l’invité d’honneur du festival Jean-Ferrat organisé dans la commune  mi-juillet, a annoncé son producteur Didier Pascalis à l’AFP.

La  gendarmerie a confirmé à l’AFP que le chanteur avait été retrouvé mort  dans la nuit de dimanche à lundi, sans plus de précision.

Le  chanteur, qui souffrait d’un cancer des poumons, en rémission, devait  sortir un nouvel album à la fin de l’année et donner une série de  concerts à La Cigale à Paris notamment, a précisé son producteur à  l’AFP.

 

Voici les paroles ou lyrics de Y a quelqu’chose qui nous manque interprétées par Allain Leprest :

Les paroles similaires

On s’ marie à Paris
On s’enterre à Nanterre
C’est pas qu’ Nanterre soit gris
Mais ça vaut pas la mer
D’ailleurs, Paris non plus
Faut pas m’ raconter d’ blagues
Même quand il a plu
La vie fait pas des vagues
Entre les rues, les rails
Les futures funérailles
Les colliers d’ saucissons
D’ la bijout’rie FauchonEt la Sud-Afrique Banque
Y a quelqu’ chose qui nous manque

D’accord, y a l’océan
Mais c’est plus c’ que ça fut
S’il savait ce qu’il sent
Y f’rait p’t-être moins d’ raffut
Reste un hectare de ciel
Une gitane en bouche
Le tour du logiciel
En quatre-vingt-dix touches
Et l’ métro aérien
De la R.A.Teu Peu
Qui fait tout ce qu’il peut
Mais qui n’amène à rien

Et nos coeurs qui calanchent
Y a quelqu’ chose qui nous manque

Et toi, mon parapluie
La seule ampoule qui luit
Au ciel de mon plafond
Ma Sapho, mon siphon
Ma Sofia, mon saphir
Qui regarde s’enfuir
Par le trou du ticket
Les trains qu’on a manqués
D’un si peu, d’un cheveu
D’un cheval, d’un « tu veux »
Me revoici en fièvre
Embarqué sur tes lèvres

Les doigts cherchant la planque
De l’île qui me manque

Paroles: Allain Leprest. Musique: Romain Didier   1988  « 2 »

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*