Skip to content

JOCHEN DEHN

FREEDOM IS JUST ANOTHER WORD FOR NOTHING LEFT TO LOSE

Freedom is Just Another Word for Nothing Left to Lose, Jochen Dehn, Sèvres Outdoors 2014

Freedom is Just Another Word for Nothing Left to Lose, Jochen Dehn, Sèvres Outdoors 2014

Freedom is Just Another Word for Nothing Left to Lose, Jochen Dehn, Sèvres Outdoors 2014

DESCRIPTION DE L’OEUVRE

Jochen Dehn ne produit pas d’oeuvres, il travaille avec / dans ce qui existe déjà, autour de lui, et de fait, autour de nous. Il intervient là où on l’invite (centres d’art, galerie) ou là où ses projets le mènent (espace public, espaces privés), en utilisant des objets du site, ou des accessoires qu’il choisit minutieusement, et qui deviennent le support de son action, de son discours. C’est l’usage qui l’intéresse : celui des choses et des mots, pas leur essence ni leur définition. Les interventions, bien que préméditées, peuvent laisser une place conséquente au hasard, au quiproquo, à l’échec parfois : ce sont avant tout des expériences, mais de science inexacte. Dans le cadre de Sèvres Outdoors, Jochen Dehn présente sous un marronnier centenaire une pièce intitulée Freedom’s Just Another Word for Nothing Left to Lose, (2014) un piano demi-queue de marque Gaveau ayant survécu à un incendie.

autres oeuvres

http://www.jochendehn.com/

Jochen Dehn, né en 1968, vit à Paris. Sa pratique de performer prend les formes variées de performances théâtrales en appartement (2004), de combats dans la boue (Mud, 2005), de pièce
pour actrice et éléphant (2005), de jeu avec les détecteurs de présence du Louvre (Liquid, 2006) ou d’un hommage à l’invention du velcro (I am you as an explosion, 2005). Par la mise en jeu du corps
et de l’espace concret qui l’entoure, Jochen Dehn élabore des formes et des stratégies qui tendent à toujours mieux révéler des zones de contact et ainsi, à réduire la distance qui sépare les corps de ses possibles collisions. Il collabore régulièrement avec Frédéric Danos, Rekolonisation ou Gelitin
entre autres.

Aïcha Hamu, Dystopia, 2010. Installation.<br><br>Courtesy FABRIKculture, © Aïcha Hamu.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*