Skip to content

les nues de Robert Lepeltier, peintre du 20ème

Artiste figuratif très actif dans le milieu parisien des années 50. Il montre un de ses sujets de prédilection, à savoir les femmes, entières, charnelles, envoûtantes et décomplexées. En dehors de ses représentations qualifiées d’érotiques, Robert Lepeltier a travaillé dans des domaines variés tels que la publicité, la mode. Il a toujours pris un grand soin à personnifier ses sujets selon le contexte (femmes assez froides et métalliques dans la mode, femmes plus charnues, au visage expressif dans les maisons closes. Sa femme Odette a été également représentée selon deux ou trois critères de figuration (pensive, attentive, lascive). Cette technique figurative, assez redondante, fait que son trait est qualifié de stéréotypé (à juste titre).

Beaucoup de ses dessins ont été mis sur le marché suite à la vente du fond d’atelier de l’artiste. Il était proche de beaucoup d’artistes de Montmartre.

Après cinq années à l’École nationale supérieure des beaux-arts, ainsi qu’à l’académie de Paul Albert Laurens, où il reçoit une solide formation en composition, anatomie, peinture et dessin. Il bénéficie notamment des conseils d’Édouard Vuillard. Il travaille un temps dans les ateliers de décorations de son père le peintre Léon Peltier.

La Seconde Guerre mondiale et la captivité interrompent ses activités artistiques.

Pendant plus d’un demi-siècle, il expose peu dans les Salons et, bien que membre du « groupe des Deux-Rives« , fréquente peu ses collègues parisiens. Il peint à Paris et dans les environs de sa maison des bords de l’Oise.

Artiste caractéristique de la figuration du xxe siècle, influencé par des peintres tels Albert MarquetGustave Lino ou Pierre Bonnard, nourri de culture classique et fidèle à la tradition de l’art français, il offre une vision du monde rassurante, tonifiante par sa fraîcheur et sa gaieté. Bénéficiant des conquêtes esthétiques de son temps, dépassant les règles de l’académisme, il traite des sujets où le réel et l’imaginaire sont subtilement mêlés.

Ayant aussi pratiqué le paysage, Robert Lepeltier apparaît surtout comme un peintre de figures. Il peint son épouse le sculpteur Odette Lepeltier et ses enfants, mais surtout des nus érotiques féminins souvent vétus seulement de bas jusqu’à mi-cuisse : des danseuses, des baigneuses, des couples de lesbiennes, des prostituées et de nombreux modèles. Son style ne varie guère au long de sa carrière, et les personnages dont il exécute les contours avec aisance tendent vers le stéréotype.

Sa peinture traduit parfois l’influence de ManetCézanneVlaminck ou Renoir dont il restaure les tableaux.

Principales expositions

  • 1945, Galerie Perrier, Paris
  • 1946, Galerie des deux Iles, Paris
  • 1952, Galerie Marcel Bernnheim, Paris
  • 1954, 1955 1956 Galerie Durand Ruel, Paris
  • 1952, 1954 Galerie André Weil, Paris
  • 1968, Galerie Schmidt, Paris
  • 1972, Galerie 5, Genève

livre

  • Isabelle et François Beaux, « Lepeltier où le réalisme imaginaire », 1992

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*