Skip to content

Happée par mer église

 26 octobre 2009 •

Marchant sur un chemin soulevé par des vents intrépides je suivais une foule éparpillée. Au loin des vagues blanches montaient jusqu’au ciel gris et dans ce décor mouvementé je vis un phare rouge et blanc, cerclé, se dressant l’air altier et tout en haut sur sa cime, une petite croix fluorescente trônait fière et féminine.

Le spectacle cadencé m’entrainait dans des chants vigoureux, puis nous entrâmes. Les chaises étaient disposées sur les marches dans un mouvement hélicoïdal ascendant qui nous obligea à élever notre menton vers le ciel.

Un dôme doré servait de toit, il racontait des étoiles, des anges et des animaux du paradis. Tout cela scintillait avec joie. J’entendis la voix du prêtre, douce, chaleureuse. Elle m’entrainait vers des pays insolites pleins de belles couleurs aux rythmes endoloris.

Je vis dans les timbres du sermon Jésus la main sur l’épaule d’un aveugle den joie.

Il me semblait que ce fut un ami, un bel homme.

Puis les chants revinrent, je me laissais emporter tandis que la mer continuait à cogner la pierre avec une violence toujours aussi présente. Au travers d’une meurtrière je vis une mouette rose balayer quelques courants d’air avec bravoure, le regard si beau.

Une bougie dans les mains, j’embrassais mes voisins au moment de la communion. Je sentis leur chaleur, leur odeur, la texture de leurs vêtements.

J’attends mon paradis mais comme disent les fous évangiles, il faut enlever son manteau, bondir et courir.

AMEN

LUX

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *
*
*

*